Qu'est-ce que le Yi Jing ?

Le Yi Jing est une méthode de divination

Lire le présent

La divination consiste à donner une lecture simple, claire et efficace du présent.

En Europe et jusqu'au XIXème siècle, la préoccupation des hommes n'était pas leur futur. Le présent et ses difficultés élémentaires leur suffisaient. Il en était de même en Asie. 

L'important n'est pas de savoir, ou de croire savoir ce qui va se passer.

Car le futur dépend d'une infinité de facteurs : dans le meilleur des cas, on ne peut lire qu'une probabilité de futur. Comme nous avons tous notre libre arbitre, et que nous sommes en lien les uns avec les autres, les décisions de chacun d'entre nous peuvent potentiellement affecter les autres, et donc changer un possible, ou même probable futur. 

L'important est donc le présent.

Une compréhension précise des éléments déjà présents permet de prendre de bonnes décisions, qui auront un impact positif pour la préparation du futur. C'est une chose que nous savons tous par expérience ou intuition. Cependant, lorsque nous vivons une situation, lorsque nous sommes "le nez dans le guidon", nos peurs prennent souvent le dessus et brouillent notre jugement. 

Les méthodes de divination mises au point par les hommes au cours des temps, de la Pythie aux runes, de l'astrologie aux tarots, et bien entendu le Yi Jing sont des révélateurs du présent. Dans le sens des tirages argentiques qui sont "révélés". 

La simplicité du Yi Jing​

L'interprétation du Yi Jing se fait grâce à des textes en chinois archaïque traduits et commentés. 

Tirer le Yi Jing peut donc se faire, avec ces aides, pour soi et pour autrui

Depuis la disparition des tirages sur os de tortue ou omoplates de bœufs, nous disposons de deux façons pour tirer le Yi Jing. "Tirer", comme on "tire" les tarots. 

Nous pouvons aussi parler de "calculer" le Yi Jing, comme on va le voir.

Méthode des pièces de monnaie

La méthode qui consiste à lancer trois pièces de monnaie est la moins traditionnelle. Elle est simple et tout aussi efficiente que la technique des tiges d'achillée, dès lors que l'on prend son temps.

Il suffit de se munir de trois pièces de monnaie, n'importe lesquelles dès lors qu'elles sont identiques.

On décide de la face qui représente le yin et aura 2 pour valeur, et celle qui représente le yang de valeur 3. On lance les pièces et fait le calcul suivant : 

Yin Yin Yin = 2 + 2 + 2 = 6 = Vieux yin = yin mutant

Yin Yin Yang = 2 + 2 + 3 = 7 = Jeune yang

Yin Yang Yang = 2 + 3 + 3 = 8 = Jeune yin

Yang Yang Yang = 3 + 3 + 3 = 9 = Vieux yang = yang mutant.

"Mutant" signifie que le trait est si plein de la même énergie qu'il en devient instable, et contient son opposé. C'est pourquoi, dans un tirage où apparaissent des 9 ou des 6 on dessine un deuxième hexagramme, dit hexagramme de perspective, qui fait apparaître lesdits traits opposés (un yin pour un yang et inversement).

Les hexagrammes sont toujours dessinés de bas en haut.

Méthode des tiges d'achillée

C'est la méthode traditionnelle, longue et méditative.

Comme pour la méthode des pièces décrite ci-après, on commence par s'octroyer un moment et une position calmes.

On utilise un faisceau de 50 baguettes d'achillée, plante commune dont les tiges droites et lisses forment, une fois sèches, des bâtonnets réguliers. 

Voici la façon de tirer chacun des 6 traits de l'hexagramme : 

On écarte une baguette du tas posé devant soi.

On partage les 49 baguettes restantes en deux faisceaux que l’on dispose devant soi.

On retire une baguette du tas de droite, que l’on place entre l’auriculaire et l’annulaire de la main gauche.

On prend le tas de gauche dans la main gauche. De la main droite on retire les tiges 4 par 4 jusqu’à un reste de quatre baguettes ou moins.

On place ce reste entre l’annulaire et le majeur de la main gauche.

On recommence la même procédure avec le tas de droite. Le reste est placé entre le majeur et l’index de la main gauche.

 

Les tiges placées entre les doigts de la main gauche sont mises de côté. Attention : leur nombre est nécessairement de 5 ou 9.


On recommence les étapes précédentes. Baguette écartée, division en deux tas, etc.

Le reste est mis de côté. Il ne peut être cette fois que de 4 ou 8.

 

On rassemble les baguettes restantes. On reproduit encore une fois les étapes décrites ci-dessus.

Le reste est de 4 ou 8. 


La somme des trois restes détermine la valeur  Yin ou Yang du premier trait de l'hexagramme (celui du bas) et son aspect naissant ou mutant. Les différents résultats possibles sont les suivants : 25 ; 21 ; 17 ; 13.

Pour retrouver les valeurs de la numérologie chinoise, évidentes avec la méthode des pièces de monnaie, il faut procéder ainsi : 

49 (nombre de baguettes dans le faisceau) dont on soustrait : 

25 = 24 : 4 (les 4 orients) = 6

21 = 28 : 4 = 7

17 = 32 : 4 = 8

13 = 36 : 4 = 9

Ce résultat correspond au 1er trait. Il faut donc recommencer le processus pour chacun des cinq autres traits, que l'on notera toujours de bas en haut.

La Pratique

 

Comme toute méthode traditionnelle, la technique elle-même est simple. Elle peut se pratiquer pour soi comme pour autrui.

Sa subtilité se révèle au fil des tirages, par la pratique

Pour ceux qui souhaitent se lancer dans l'aventure du Yi Jing, je conseille d'utiliser un cahier, de noter tous les tirages en les datant. Leur relecture a posteriori permettra d'intégrer peu à peu les symboles du Livre des Changements. 

​​Sabine Dugarry

06 37 14 68 73​

sabine.dugarry@jedeviens.fr

51 places des Arcades, 47150 Monflanquin