L'esprit du Yi Jing

Un enseignement ancestral

au XXIème siècle

中孚

UNE AUTRE VISION DU MONDE​

 

 

Les Shang et les Zhou ont élaboré une culture et une sagesse qui diffère sur bien des points de la nôtre.

Le Yi Jing prend sa source dans les rituels aux ancêtres. Il est au confluent du chamanisme et de l’antique histoire chinoise.

Il donne des conseils émanant de "Ciel-Terre" sans jamais aborder Dieux, dogmes ni religion.

Il est basé sur deux grands principes énergétiques :

  • les cycles, toujours semblables et toujours changeants.

Le printemps reviendra toujours, toujours différent, pourtant toujours le même. 

  • La dualité de l’univers imagée par les deux forces Yin-Yang.

Elles sont opposées et complémentaires, sujettes et relatives l'une à l'autre, symétriques.

"Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito"

Albert Einstein

Le Yi Jing est à la fois mathématique : c'est un modèle binaire...

... et mystérieux : un tirage est basé sur ce qui ressemble à un hasard.

Faire un tirage de Yi Jing consiste à diviser un faisceau de tiges d'achilée, ou à lancer des pièces de monnaie, puis à mettre le résultat en rapport avec des textes. D'un côté ce qui nous semble aléatoire... de l'autre une structure organisée. Les Grecs connaissaient bien ce principe. Ils l'appelait Tyché : la Fortune. 

La culture Chinoise - et la nôtre - doivent au Yi Jing : 

  • Les sinogrammes qui furent inventés pour garder mémoire de ces pratiques.

  • Une modélisation binaire du monde.

  • La source de la plupart des arts et pratiques traditionnels Chinois.

Le Yi Jing laisse l'Homme en équilibre entre Ciel et Terre, en place du Milieu, maître de sa destinée. 

小畜

L'HISTOIRE DU YI JING​

 

La légende

Elle prétend que le Yi Jing a été « découvert » par quatre grands sages.

  • Le mythique Fu Xi. On lui attribue la découverte de huit groupes de trois traits : les trigrammes. 

  • Le roi Wen, initiateur de la dynastie des Zhou. On lui devrait les noms et jugements des hexagrammes.

  • Son deuxième fils, le sage duc des Zhou, aurait écrit les textes des traits.

  • Confucius quant à lui, cinq siècles plus tard, aurait rédigé les Dix Ailes.

 

Cette légende a pour but d’exprimer l’importance du Yi Jing, comme les héros grecs qui ont pour père Zeus ou Poséidon. Sous-entendu, si les ascendants sont nobles, les rejetons le seront tout autant.

La réalité historique

Loin de ce mythe, l’élaboration du Yi Jing fut un long processus de tri, compilation, classement

Elle a été initiée à la cour des Shang (1570 - 1045 av J.C.) par les descendants de chamanes venus de Sibérie orientale. 

Les questions aux Ancêtres, leurs réponses, la date et le nom de l’intercesseur étaient gravés sur des os, puis sur des carapaces de tortue. Triées, compilées, les carapaces furent regroupées dans des « bibliothèques » de milliers d’exemplaires.

Au fil du temps, les devins ont dégagé une logique, un résumé, un classement de ces nombreuses archives. 

En 1046 av. JC s'achève la dynastie des Shang et débute celle des Zhou.

Le passage de l’une à l’autre est la trame historique du Livre des Changements

A cette époque, plusieurs systèmes divinatoires sont encore utilisés. Les nouveaux maîtres de ce qui n'est pas encore l'Empire du Milieu imposeront leur système oraculaire, connu en Chine comme la divination des Zhou, le Zhou Yi.

En 221 av. JC, Qin Shi Huangdi fonde l’Empire. Le Yi Jing survivra aux autodafés de ce sanguinaire personnage. 

Sous les Han, il sera augmenté de commentaires de sagesse. C'est dans l'un d'eux, le Grand Commentaire, que l'on assiste à la naissance d'une notion bien (ou mal) connue : le Yin-Yang.

Le Yi Jing prend dès lors ses lettres de noblesse. Il restera la base de la culture des lettrés, sera obligatoire à celle des fonctionnaires, et sera utilisé par tous les empereurs.

SA DIFFUSION EN EUROPE​

Aux VXIIème et XVIIIème s., des Pères jésuites sont envoyés à la cour de Chine.

Ils sont les premiers traducteurs du Yi Jing (écrit alors Yi King), en latin. La version du Père Joachim Bouvet confortera le philosophe et mathématicien Leibniz dans sa théorie d’un système binaire.

 

En 1881, Paul Louis Félix Philastre, officier de marine et diplomate, propose une première version en français.

D’autres traductions seront ensuite proposées. La plus connue est celle Richard Wilhelm en 1924. Elle fut diffusée par le psychanalyste Gustav Jung.

Version poétique écrite en allemand, "Yi King, ou le Livre des Transformations" emprunte beaucoup à la culture de son auteur : un pasteur protestant du XIXème siècle. Le déséquilibre entre le Yin et le Yang y est patent.

 

Il faudra attendre la fin du XXème s. pour avoir accès à des traductions du Yi Jing plus conformes à son antique esprit d’équilibre. Citons notamment celle de Cyrille Javary et Pierre Faure (Yi Jing, le Livre des Changements, chez Albin Michel).

COURTE BIBLIOGRAHIE

  • Yi Jing, le Livre des Changements, de Cyrille Javary et Pierre Faure  chez Albin Michel. 

Il est à ce jour l'ouvrage clef pour ceux qui souhaitent pratiquer le Yi Jing. Il offre les traductions par sinogramme de Cyrille Javary, et les commentaires de Pierre Faure. 

  • Emanant directement de ce travail et faciles d'accès, citons : 

"Le Yi Jing pour les Nuls", de Dominique Bonpaix.

"Prenez les bonnes décisions avec le Yi Jing" de Nathalie Chassériau chez Hachette.

  • Pour plus d'approfondissement :

A rechercher chez les bouquinistes ou sur internet, l'ouvrage épuisé de Pierre Faure : "Le Yi Jing par lui-même". Il offre notamment un éclairage magnifique sur les "Hexagrammes en désordre", le Za Gua.

  • Pour répondre  à des envies de culture chinoise.

Les ouvrages d'Anne Cheng, de François Cheng, de Michel Vinogradoff, Cyrille Javary...

​​Sabine Dugarry

06 37 14 68 73​

sabine.dugarry@jedeviens.fr

51 places des Arcades, 47150 Monflanquin